Allons donc vous êtes fou.» Il faut dire que, contre l'habitude, toutes les bonnes raisons étaient cette fois du côté d'Albert. «Enfin, reprit Franz avec un soupir, faites comme vous voudrez, mon cher vicomte . car tout ce que vous me dites là est fort spécieux, je l'avoue . mais il n'en est pas moins vrai que le comte de MonteCristo est un homme étrange. Le comte de MonteCristo est un philanthrope. Il ne vous a pas dit dans quel but il venait à Paris. sac longchamp pliage cheval au galop pas cher Eh bien, il vient pour concourir aux prix Montyon . et s'il ne lui faut que ma voix pour qu'il les obtienne, et l'influence de ce monsieur si laid qui les fait obtenir, eh bien, je lui donnerai l'une et je lui garantirai l'autre. Sur ce, mon cher Franz, ne parlons plus de cela mettonsnous à table et allons faire une dernière visite à SaintPierre.» Il fut fait comme disait Albert, et le lendemain, à cinq heures de l'aprèsmidi, les deux jeunes gens se quittaient, Albert de Morcerf pour revenir à Paris, Franz d'Épinay pour aller passer une quinzaine de jours à Venise. Mais, avant de monter en voiture, Albert remit encore au garçon de l'hôtel, tant il avait peur que son convive ne manquât au rendezvous, une carte pour le comte de MonteCristo, sur laquelle audessous de ces mots : «Vicomte Albert de Morcerf», il y avait écrit au crayon : 21 mai, à dix heures et demie du matin, 27, rue du Helder. XXXVIII. Le rendezvous. sac imitation longchamp hello kitty 128 Page 132 XXXIX. Les convives. Dans cette maison de la rue du Helder, où Albert de Morcerf avait donné rendezvous, à Rome, au comte de MonteCristo, tout se préparait dans la matinée du 21 mai pour faire honneur à la parole du jeune homme. Albert de Morcerf habitait un pavillon situé à l'angle d'une grande cour et faisant face à un autre bâtiment destiné aux communs. Deux fenêtres de ce pavillon seulement donnaient sur la rue, les autres étaient percées, trois sur la cour et deux autres en retour sur le jardin. Entre cette cour et ce jardin s'élevait, bâtie avec le mauvais goût de l'architecture impériale, l'habitation fashionable et vaste du comte et de la comtesse de Morcerf. Sur toute la largeur de la propriété régnait, donnant sur la rue, un mur surmonté, de distance en distance, de vases de fleurs, et coupé au milieu par une grande grille aux lances dorées, qui servait aux entrées d'apparat . sac longchamp imitation prix une petite porte presque accolée à la loge du concierge donnait passage aux gens de service ou aux maîtres entrant ou sortant à pied. On devinait, dans ce choix du pavillon destiné à l'habitation d'Albert, la délicate prévoyance d'une mère qui, ne voulant pas se séparer de son fils, avait cependant compris qu'un jeune homme de l'âge du vicomte avait besoin de sa liberté tout entière. On y reconnaissait aussi, d'un autre côté, nous devons le dire, l'intelligent égoïsme du jeune homme, épris de cette vie libre et oisive, qui est celle des fils de famille, et qu'on lui dorait comme à l'oiseau sa cage. Par les deux fenêtres donnant sur la rue, Albert de Morcerf pouvait faire ses explorations audehors. La vue du dehors est si nécessaire aux jeunes gens qui veulent toujours voir le monde traverser leur horizon, cet horizon ne fûtil que celui de la rue . Puis son exploration faite, si cette exploration paraissait mériter un examen plus approfondi, Albert de Morcerf pouvait, pour se livrer à ses recherches, sortir par une petite porte faisant pendant à celle que nous avons indiquée près de la loge du portier, et qui mérite une mention particulière. C'était une petite porte qu'on eût dit oubliée de tout le monde depuis le jour XXXIX.